Amidonnier

L’amidonnier (triticum dicoccum) est le résultat du croisement de l’engrain avec des graminées sauvages. Il est né il y a environ 8000 ans et l’on suppose ici aussi qu’il s’est propagé depuis le Croissant fertile. En tant que successeur de l’engrain, l’amidonnier offre une meilleure résistance aux fluctuations des facteurs environnementaux et a donc remplacé l’engrain. L’amidonnier ajoute une délicieuse couleur plus foncée et un goût agréablement épicé au pain, aux petits pains et même à la pâtisserie.

Origine

L’amidonnier est né il y a environ 8000 ans et l’on suppose ici aussi que, tout comme l’engrain, il s’est propagé depuis le Croissant fertile. En tant que résultat d’un croisement de l’engrain avec des graminées sauvages, l’amidonnier fournit un rendement plus élevé que ses prédécesseurs, de sorte qu’il a connu un succès croissant.
 

Histoire

La grande propagation de l’amidonnier
Depuis son « lieu de naissance » au Moyen-Orient, cette céréale ancienne s’est propagée via la Grèce, la Bulgarie et la Hongrie vers l’Europe centrale. Diverses sources indiquent que l’amidonnier a été trouvé autrefois dans presque toutes implantations au cours de la période néolithique.

Le déclin de l’amidonnier
Tout comme pour l’engrain, la fin de l’âge de bronze a également annoncé la diminution de l’importance de l’amidonnier, remplacé par d’autres céréales à la mouture plus simple et au rendement plus élevé. Plus tard, dans l’Empire romain, l’amidonnier fut remplacé par des céréales plus fertiles et rentables comme l’épeautre et ensuite par l’actuel blé tendre ou froment.

L’amidonnier, de nouveau en plein essor                      
L’amidonnier a récemment été redécouvert avec succès et, grâce au système unique d’agriculture exclusive de Waldkorn®, nous avons réussi progressivement à cultiver à nouveau l’amidonnier original.

Arbre généalogique du blé

L’amidonnier est issu de l’engrain et peut, en tant que tel, être considéré comme « le fils de l’engrain ». L’amidonnier cultivé est en même temps le père génétique du blé tendre ou froment moderne, de l’épeautre et même du blé dur, actuellement de loin le choix le plus populaire pour la préparation des pâtes. Désirez-vous de plus amples informations ? Regardez le fascinant arbre généalogique du blé ! En savoir plus >>

Caractéristiques

L’amidonnier fait partie des « blés à grains vêtus », ce qui signifie que ses grains sont fortement enserrés dans leurs enveloppes. L’enveloppe protège le grain des influences négatives extérieures et assure ainsi une plus longue durée de vie des plantes. La transformation prend plus de temps parce que chaque grain doit être décortiqué préalablement à la mouture. Contrairement à l’engrain, l’amidonnier produit deux grains par épillet, de sorte qu’il est également désigné comme « engrain double » (= deux grains ou « tritium dicoccum »). Avec un phénotype ressemblant à l’engrain, la tige de l’amidonnier grandit beaucoup et n’a qu’un minimum de besoins nutritionnels, de sorte qu’il s’agit d’une plante idéale pour les sols pauvres et arides.

L’amidonnier donne au pain, aux petits pains et même à la pâtisserie une exquise couleur légèrement foncée et une agréable saveur épicée. L’amidonnier était initialement utilisé pour préparer de la bouillie de son (un « porridge » préhistorique), mais était aussi très populaire pour la préparation du pain. Lors de la mouture, l’amidonnier devient une farine grossière, ce qui contribue aussi à son caractère naturel particulier. L’amidonnier possède une teneur élevée en caroténoïdes (lutéine et zéaxanthine) et contient beaucoup de magnésium et de zinc.

Agriculture exclusive

Waldkorn® travaille avec plus de 120 agriculteurs, qui cultivent exclusivement d’anciennes céréales pour Waldkorn®. En savoir plus >> si vous voulez en savoir plus sur la culture minutieuse et la récolte des céréales.

Céréales anciennes